« Dis-moi, et j’oublierai, Montre-moi, et je me souviendrai. Implique-moi, et je comprendrai. » dit un Proverbe chinois. L’entreprise libérée, humaniste ou altruiste, considère que toute personne à la capacité de penser, d’analyser, de comprendre et ainsi de s’impliquer. Douglas Mc Gregor, a développé cette vision de l’être humain au travail en nommant Théorie Y une organisation construite autour des principes de confiance, de délégation et d’auto-contrôle. Le coaching part du principe que toute personne à la réponse à ses propres questions, à ses propres problématiques. Le coach est là pour faire émerger ces réponses, le coach est là pour impliquer son client à agir par lui même, à l’accompagner à prendre sa volonté de changement en main. La pratique du coaching initie à l’état d’esprit entreprise libérée, humaniste ou altruiste.

Que ce soit pour le leader libérateur, les managers, ou les salariés d’une entreprise en transition vers une organisation dite libérée ou humaniste, la transformation passe par un changement personnel de paradigme. Le futur ex- PDG ou DG, les futurs ex-managers, vont devoir changer leur rapport au pouvoir. Le livre d’Isaac Getz « L’entreprise Libérée » se veut répondre à la question « Comment devenir un leader libérateur et se désintoxiquer des vieux modèles ».

Le coaching permet cette désintoxication. La spirale dynamique explique que l’on ne peut pas passer à un mode de pensée systémique, avec une vision globale si l’on est dans un mode de pensée trop archaïque. Il y a des étapes à franchir, des évolutions par palier à faire. L’entreprise libérée, est une philosophie d’interconnexions, elle propose un système adaptatif. Elle correspond à l’avant dernier stade de la spirale dynamique. L’étape suivante est un mode de pensée holistique intégral, qui correspond peut être à celui du tout dernier livre d Isaac Getz et Laurent Marbacher « L’entreprise altruiste ». La spirale nous donne une clé de lecture pour identifier et expliquer les chocs de paradigmes co-existants dans une organisation. La Spirale nous apporte également un éclairage sur les changements culturels à mener dans une organisation où se chevauchent différentes cultures individuelles. La question est bien là. On croit souvent qu’il n’y a qu’une façon de voir les choses, la nôtre. Notre perception n’est pourtant pas universelle. Elle est liée à un système de valeurs et de croyances qui nous sont propres. Le coaching permet d’identifier nos croyances et nos valeurs.

C’est un moment d’introspection qui permet de mieux se connaitre, de comprendre comment l’on fonctionne, ce qui nous anime ou nous stimule. Bien se connaitre permet d’assoir son leadership et d’être en capacité de transmettre sa vision et vers quoi nous voulons aller. Que veut on apporter au monde ? Lorsque l’on a travaillé sur cette question, on est prêt à partager sa vision avec ses équipes, parce qu’on a envie de vivre sa vision et de s’entourer de personnes pour la réaliser. Prendre le temps de séances de coaching pour définir qui l’on est et où va-t-on, est un accélérateur de réussite comme leader

Que ce soit pour un manager ou un leader libérateur, la transformation managériale d’une organisation engendre un changement de rapport avec le pouvoir. Celui-ci va passer d’un « pouvoir sur » à un « pouvoir de ». Ce changement de préposition change tout un état d’esprit. Il permet de prendre conscience du pouvoir que nous avons de faire, de changer, d’agir. Le coaching invite justement à cette prise de conscience, que le pouvoir est en chacun de nous. Vivre des séances de coaching permet de ressentir ce champ des possibles devant soi, et fini par permettre de réaliser qu’il existe ce même champ des possibles pour chacun, chacune d’entre nous. Une fois que l’on a vécu et donc assimilé que chacun à la capacité de progresser et de s’engager, cela permet de lâcher prise sur la volonté de contrôler les autres.

L’autre grand changement à opérer pour les managers en transition est de levers ses peurs. De qui, de quoi a t on peur lorsqu’on est manager et que l’on nous propose de devenir leader accompagnateur ? De quoi a t on peur dans le changement de management qui s’organise dans son entreprise ? Le changement est il un gain ou une perte ? Pour 80 % des personnes c’est une perte. Et pourtant il y a tant à gagner dans le changement. Le coaching va permettre de lever ces peurs et d’aller chercher ce qui se cache réellement derrière. Le coaching redonne confiance dans sa capacité à agir, à prendre les choses en main, à retrouver son espace de liberté dans son environnement; à redevenir pro-actif dans une situation de changement.

L’entreprise du XXIème siècle est un changement complet de paradigme : Quête de sens, raison d’être, engagement individuel, état d’esprit pro-actif, confiance, autonomie, initiative. Le coaching fonctionne exactement dans cet état d’esprit, C’est pourquoi la transformation des entreprises et le coaching vont de pair pour aborder le nouvel environnement et le nouveau « soi » dont il est question.