Si l’on demande à Isaac Getz, développeur de la philosophie Entreprise Libérée, par où ou par quoi commencer la libération d’une entreprise, sa réponse est «l’ écoute». Comme tout acteur du changement, il aime bousculer les codes établis. Sa réponse précise pour la première étape est « Cessez de parler, et commencez à écouter. Mettez- vous au même niveau que vos employés. » – Ah ? , et comment fait on cela ?
Le Coaching est une réponse, car il favorise l’écoute et cette équité préconisées.

Les espaces ou les moments d’écoute en entreprise sont plutôt rares. Je ne parle pas des réunions avec présentation power point, qui sont des moments d’écoute forcée et descendante. Un présentateur sachant, déroule sa présentation pendant que les présents à la réunion écoutent. Ils écoutent parce que c’est ce qu’il y a à faire avec une présentation power point. C’est une écoute inattentive et non participative. C’est une écoute du présentateur qui est là pour convaincre que ce qu’il a fait ou va faire est bien maitrisé.

Non, ce n’est pas de cette écoute là dont parle Isaac Getz, ou que le coaching met en place. Ce dont parle Isaac est l’écoute de ceux qui font. En entreprise libérée, les leaders- accompagnateurs écoutent les idées, la créativité, les propositions de ceux qui font. C’est ceux qui font qui savent. Steeve Job avait donné cette grande définition du recrutement. « Ca n’a pas de sens d’embaucher des gens intelligents pour leur dire quoi faire. Nous embauchons des gens intelligents afin qu’ils soient en mesure de nous dire ce qu’il faut faire ». Pour accueillir toutes ces idées, envies, démarches, l’entreprise a besoin d’avoir cette capacité d’écoute dans son fonctionnement au quotidien.

Le coaching permet d’ expérimenter cette capacité d’écoute. Le coaché trouve dans son coach une écoute attentive, ce que l’on appelle en communication efficace, une écoute active. Le coach est là pour vraiment accueillir les propos du coaché et les utiliser pour le faire progresser. Il va rebondir sur les mots utilisés pour les faire raisonner, leur donner toute leur dimension dans l’environnement du coaché. – J’ai entendu « peur de ne pas y arriver», qu’est ce que « y arriver » signifie pour toi ? r J’ai entendu « on ne me permet pas », qui est on ? Qu’est ce qui t’empêche de le faire ? Le coaché donne de la matière à travers ses propos. L’écoute active consiste à utiliser cette matière par rapport à la situation en jeu. Le coaché, va recevoir un éclairage extérieur sur ce qu’il pense et dit. La personne est prise en considération profonde par son coach.

L’entreprise libérée, libère de la non écoute et des frustrations qui vont avec. Ce type d’organisation prévoit une place essentielle à l’écoute de toutes les personnes y travaillant, et ce quelque soit leur activité. L’écoute est une priorité dans les organisations libérées. L’idée principale du fonctionnement est d’arrêter de dire aux gens ce qu’ils ont à faire et d’écouter ce qu’ils pensent qui doit être fait. et ce qu’ils ont envie de faire.

L’entreprise W.L GORE, pionnière des entreprises dites libérées, fonctionne avec un réseau de parrainage interne. Les parrains ou marraines ont un rôle similaire à celui de coach interne. Le parrain et son filleul se choisissent par affinité réciproque avec le but commun de travailler ensemble sur la progression du filleul. Un des rôles de ce parrain est bien sûr l’écoute de son filleul. Ces temps d’écoute réguliers, peuvent se faire sur rendez-vous ou spontanément en fin de journée ou lors d’un déjeuner prévu ou improvisé. Ils sont largement complémentaires au seul rendez-vous annuel de contribution au cours du quel le salarié d’entreprises classiques, se sent écouté une fois par an.

Que ce soit avec des coachs internes ou externes, l’entreprise libérée a besoin de ce réseau de personnes accueillantes, bienveillantes, authentiques et confidentes pour aider la personne à être bien dans l’organisation de son entreprise.

L’écoute en coaching est également l’écoute des émotions, du ressenti, des perceptions, des doutes, des intentions. D’aucuns diront que l’entreprise n’est pas là pour gérer les émotions de ses salariés. C’est le cas contraire, de toutes les entreprises désireuses de remettre l’humain au coeur de leurs organisations. Les rapports humains sont gouvernés par les émotions et les ressentis. Le coach est là pour explorer tout cette matière humaine et accompagner le coaché vers une mise en actions. Les émotions nous indiquent le chemin à prendre. Se faire guider aide à prendre ce bon chemin. – « Je vois que cette situation te fait sourire. Qu’est ce que cela t’inspire ? – « Je sens de la peur en toi. A ton avis quel besoin se cache derrière ton émotion ? De quoi as tu besoin pour ne plus avoir peur ? »

En entreprise libérée, l’écoute des uns et des autres est au coeur de l’organisation. Quelque soit le niveau de communication entre pairs, entre personnes de responsabilités différentes, entre services différents, l’écoute est la même. Elle est de qualité constructive dans l’intérêt de l’individu et du collectif. Une entreprise libérée se veut à l’écoute de toute sa communauté humaine , consciente qu’elle est son plus grand capital.
L’écoute est une des postures clés d’un coach, c’est aussi la première étape de transformation vers l’entreprise libérée. Le coaching permet de faire découvrir puis d’instaurer cet état d’esprit d’écoute dans les entreprises souhaitant mettre l’humain et le bon sens au coeur de leur fonctionnement.